→ QU’EST CE QU’UN AVIS DE SUSPENSION 3F OU UNE SUSPENSION ADMINISTRATIVE

suspension administrative | récupérer son permis aprÚs une suspension | récupérer permis suspension administrative

→ Qu’est-ce qu’un avis de suspension 3F ou suspension administrative 3F ?

Le Préfet notifie au conducteur qui commet une infraction une suspension administrative 1F ou suspension administrative 3F

C’est une interdiction de conduire prise par arrĂȘtĂ© prĂ©fectoral (dĂ©cision dite 3F ou 1F) pendant la pĂ©riode de rĂ©tention de 72 heures ou, dĂ©sormais depuis la Loi LOM, de 120 heures (avis de rĂ©tention administrative de 72 / 120 heures), qui peut aller jusqu’Ă  1 an de suspension provisoire (Loi LOM), pour les alcool au volant (conduite sous l’empire d’alcool) et stupĂ©fiants au volant (conduite sous l’emprise de stupĂ©fiants), qui viendra en compensation avec votre condamnation dĂ©finitive – condamnation pĂ©nale par le tribunal…

→ DĂ©finition de la dĂ©cision 3F de suspension administrative

Attention, il existe deux type de suspensions administratives référencées soit 3F soit 1F

Si un automobiliste Ă©tait interpellĂ© pour avoir commis certaines infractions au code de la route, le PrĂ©fet pourrait alors lui suspendre son droit de conduire par arrĂȘtĂ© PrĂ©fectoral rĂ©fĂ©rence 3F ou arrĂȘtĂ© PrĂ©fectoral rĂ©fĂ©rence 1F.

C’est donc une mesure de suspension prĂ©fectorale du droit de conduire de l’automobiliste prise dans les jours qui suivent la commission de l’infraction pendant la rĂ©tention du permis de conduire du contrevenant, rĂ©alisĂ©e immĂ©diatement.

→ La dĂ©cision de suspension administrative 3F et ses fondements juridiques :

La suspension administrative prononcĂ©e par le PrĂ©fet n’est pas arbitraire puisque encadrĂ©e par la Loi et donc le code de la route

C’est l’Article L224-8 du code de la route qui va rĂ©gir la suspension provisoire :

– La durĂ©e de la suspension ou de l’interdiction prĂ©vue Ă  l’article L. 224-7 ne peut excĂ©der six mois. Cette durĂ©e est portĂ©e Ă  un an en cas d’infraction d’atteinte involontaire Ă  la vie ou d’atteinte involontaire Ă  l’intĂ©gritĂ© de la personne susceptible d’entraĂźner une incapacitĂ© totale de travail personnel, de conduite en Ă©tat d’ivresse manifeste ou sous l’empire d’un Ă©tat alcoolique, de conduite aprĂšs usage de substances ou plantes classĂ©es comme stupĂ©fiants, de refus de se soumettre aux Ă©preuves de vĂ©rification prĂ©vues aux articles L. 234-4 Ă  L. 234-6 et L. 235-2 ou de dĂ©lit de fuite. Le reprĂ©sentant de l’Etat dans le dĂ©partement peut Ă©galement prononcer une telle mesure Ă  l’encontre de l’accompagnateur d’un Ă©lĂšve conducteur lorsqu’il y a infraction aux dispositions des articles L. 234-1 et L. 234-8 et aux dispositions des articles L. 235-1 et L. 235-3.

Quelle que soit sa durĂ©e, la suspension du permis de conduire ou l’interdiction de sa dĂ©livrance ordonnĂ©e par le reprĂ©sentant de l’Etat dans le dĂ©partement en application des articles L. 224-2 et L. 224-7 cesse d’avoir effet lorsque est exĂ©cutoire une dĂ©cision judiciaire prononçant une mesure restrictive du droit de conduire prĂ©vue au prĂ©sent titre.

Les mesures administratives prĂ©vues aux articles L. 224-1 Ă  L. 224-3 et L. 224-7 sont considĂ©rĂ©es comme non avenues en cas d’ordonnance de non-lieu ou de jugement de relaxe ou si la juridiction ne prononce pas effectivement de mesure restrictive du droit de conduire.

Les modalitĂ©s d’application des deux alinĂ©as prĂ©cĂ©dents sont fixĂ©es par dĂ©cret en Conseil d’Etat. La durĂ©e des mesures administratives s’impute, le cas Ă©chĂ©ant, sur celle des mesures du mĂȘme ordre prononcĂ©es par le tribunal.

I. – Le fait pour toute personne, malgrĂ© la notification qui lui aura Ă©tĂ© faite d’une dĂ©cision prononçant Ă  son encontre la suspension, la rĂ©tention, l’annulation ou l’interdiction d’obtenir la dĂ©livrance du permis de conduire, de conduire un vĂ©hicule Ă  moteur pour la conduite duquel une telle piĂšce est nĂ©cessaire est puni de deux ans d’emprisonnement et de 4 500 euros d’amende.
II. – Toute personne coupable du dĂ©lit prĂ©vu au prĂ©sent article encourt Ă©galement les peines complĂ©mentaires suivantes :
1Âș La suspension, pour une durĂ©e de trois ans au plus, du permis de conduire, cette suspension ne pouvant pas ĂȘtre limitĂ©e Ă  la conduite en dehors de l’activitĂ© professionnelle ;
2Âș La peine de travail d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral selon des modalitĂ©s prĂ©vues Ă  l’article 131-8 du code pĂ©nal et selon les conditions prĂ©vues aux articles 131-22 Ă  131-24 du mĂȘme code et Ă  l’article 20-5 de l’ordonnance nÂș 45-174 du 2 fĂ©vrier 1945 relative Ă  l’enfance dĂ©linquante ;
3Âș La peine de jours-amende dans les conditions fixĂ©es aux articles 131-5 et 131-25 du code pĂ©nal ;
4Âș L’interdiction de conduire certains vĂ©hicules terrestres Ă  moteur, y compris ceux pour la conduite desquels le permis de conduire n’est pas exigĂ©, pour une durĂ©e de cinq ans au plus ;
5Âș L’obligation d’accomplir, Ă  ses frais, un stage de sensibilisation Ă  la sĂ©curitĂ© routiĂšre ;
6Âș La confiscation du vĂ©hicule dont le condamnĂ© s’est servi pour commettre l’infraction, s’il en est le propriĂ©taire.
III. – Toute personne coupable du dĂ©lit prĂ©vu au prĂ©sent article, dans les cas oĂč il a Ă©tĂ© commis Ă  la suite d’une dĂ©cision de suspension ou de rĂ©tention du permis de conduire, encourt Ă©galement la peine complĂ©mentaire d’annulation de ce permis, avec interdiction de solliciter la dĂ©livrance d’un nouveau permis pendant trois ans au plus.
IV. – L’immobilisation peut ĂȘtre prescrite dans les conditions prĂ©vues aux articles L. 325-1 Ă  L. 325-3.
V. – Le dĂ©lit prĂ©vu au prĂ©sent article, dans le cas oĂč il a Ă©tĂ© commis Ă  la suite d’une dĂ©cision de suspension ou de rĂ©tention du permis de conduire, donne lieu de plein droit Ă  la rĂ©duction de la moitiĂ© du nombre maximal de points du permis de conduire.

→ La dĂ©cision 3F ou dĂ©cision 1F, avis de suspension, en pratique cela donne quoi ?

En pratique comment exĂ©cuter un arrĂȘtĂ© prĂ©fectoral de suspension du permis de conduire ?

La dĂ©cision rĂ©fĂ©rencĂ©e 3F est la dĂ©cision de suspension administrative prise impĂ©rativement par le PrĂ©fet dans les 72 / 120 heures de la rĂ©tention notifiĂ©e au moment de l’interpellation.

Le PrĂ©fet se situe donc dans une pĂ©riode dite d’urgence et Ă  ce titre, il prend une mesure d’urgence en suspendant le droit de conduire du prĂ©venu.

Attention ce n’est pas parce que vous avez encore votre permis physique que vous pouvez conduire dĂšs lors que vous avez Ă©tĂ© touchĂ© par la notification de son pli (courrier RAR).

Rien n’empĂȘche alors le contrevenant, aprĂšs les 72 / 120 heures de son interpellation (car l’avis de rĂ©tention a bien Ă©tĂ© remis au moment de l’interpellation), de reprendre en toute lĂ©galitĂ© le volant, s’il n’a pas Ă©tĂ© touchĂ© par le pli envoyĂ© en courrier recommandĂ©.

Aussi, il existe quelques failles permettant la conduite malgrĂ© l’envoi du pli RAR du PrĂ©fet et notamment en laissant l’avis de passage dans la boite aux lettre pendant 14 jours, 14 jours pendant lesquels l’automobiliste continue Ă  conduire jusqu’Ă  ce qu’il rĂ©cupĂšre le pli Ă  la poste avant le 15 eme jour, date Ă  laquelle le pli repartira. La suspension, une fois notifiĂ©e sera effective mais le temps passĂ© Ă  conduire sera dĂ©duit de la suspension totale Ă  effectuer.

Si le PrĂ©fet, n’a pas eu le temps de prendre l’arrĂȘtĂ© prĂ©fectoral 3F de suspension administrative, il pourra toujours prendre (assez rare) un nouvel arrĂȘtĂ© prĂ©fectoral, mĂȘme au-delĂ  des 72 / 120 heures de l’avis de rĂ©tention, et sera rĂ©fĂ©rencĂ© avis de suspension 1F. La suspension commencera en revanche dĂšs la notification par pli RAR.

→ Quels sont les infractions qui permettent au prĂ©fet de suspendre le droit de conduire par un avis de suspension ?

Le lĂ©gislateur limite les cas dans lesquels la suspension du permis de conduire est possible par arrĂȘtĂ© prĂ©fectoral :

Conduite sous l’emprise de l’alcool ;
Conduite sous l’emprise de stupĂ©fiants ;
Refus de se soumettre Ă  une mesure de dĂ©pistage pour l’alcool ou les stupĂ©fiants ;
Grand excĂšs de vitesse c’est-Ă -dire supĂ©rieur Ă  50 km/h ou vitesse de + de 40km/h;
Accident de la circulation ayant entraßné un décÚs ;
DĂ©lit de fuite.

loi d’orientation des MobilitĂ©s entrĂ©e en vigueur le 24 dĂ©cembre 2019. : blessures involontaires

Autre hypothĂšse oĂč le PrĂ©fet peut aussi suspendre le permis d’un automobiliste : la suspension pour raisons mĂ©dicales.
Le prĂ©fet du dĂ©partement, sur avis de la commission mĂ©dicale, peut suspendre le permis de conduire d’un automobiliste qui prĂ©sente  un problĂšme de santĂ©, un problĂšme d’addiction (alcool ou stupĂ©fiants)

→ Quels sont les voies de recours contre l’avis de suspension ou la dĂ©cision de suspension administrative ?

3 recours sont possibles :
– Un recours gracieux (inefficace, sauf si vous connaissez une personne travaillant Ă  la PrĂ©fecture, ou le PrĂ©fet lui-mĂȘme)
– Un recours pour excĂšs de pouvoir (trop long et donc, inutile car dĂ©passera le dĂ©lai de suspension, et le recours n’est pas suspensif)
– Un recours en rĂ©fĂ©rĂ© suspension (trop cher et trop risquĂ© pour le client)

Plusieurs avocats n’hĂ©sitent pas Ă  vous recommander de rĂ©aliser un recours gracieux… demandez leur de vous montrer les rĂ©sultats avec un tel recours – vos chances de succĂšs sont quasiment inexistantes.

Si vous dĂ©cidiez malgrĂ© tout d’introduire un tel recours gracieux, il faudrait l’adresser directement au prĂ©fet puisque la dĂ©cision de suspension administrative de votre permis de conduire a Ă©tĂ© prise par ce dernier.

vous devez envoyer dans les deux mois depuis la notification de la décision de suspension, un courrier RAR dans lequel vous contestez la mesure de suspension prise à votre encontre.

Autant vous dire que le Préfet sera trÚs peu regardant de vos arguments avancés surtout si la raison de la suspension est liée à un alcool au volant, ou une conduite sous stupéfiants.

Il faut principalement axer l’argumentation soit sur l’illĂ©galitĂ© de la mesure, soit sur les inconvĂ©nients et les risques liĂ©s Ă  la suspension de votre permis de conduire dans le cadre de votre profession (lorsque le vĂ©hicule est votre outil de travail : ex Ambulancier, Taxi, …

Le prĂ©fet disposera d’un dĂ©lai de deux mois pour rĂ©pondre, soit par l’acceptation de votre recours et renoncera alors Ă  la suspension provisoire prononcĂ©e, soit par un refus (voir une absence de rĂ©ponse).

→ Comment rĂ©cupĂ©rer son droit de conduire, aprĂšs la pĂ©riode de suspension administrative ?

Vous souhaitez rĂ©cupĂ©rer votre permis de conduire aprĂšs la pĂ©riode de suspension…

Il vous appartient, au terme du dĂ©lai de suspension de vos droits Ă  conduire, de demander la fabrication (ou restitution) d’un nouveau permis de conduire sur le site internet de l’ANTS : https://permisdeconduire.ants.gouv.fr/

La restitution de vos droits à conduire sera subordonnée à un examen médical préalable devant un médecin agréé par le Préfet du département de votre lieu de résidence (liste des médecins agréés disponible sur le site de la Préfecture de votre lieu de résidence)

Attention, ne vous y prenez pas tardivement ou trop proche de la date de fin de suspension, il y a beaucoup de monde.

Vous ne pourrez récupérer votre permis uniquement si le résultat est favorable.

En pratique, sur le site de l’ANTS, vous devez joindre la version numĂ©risĂ©e ou photographiĂ©e des documents suivants :

Photo d’identitĂ© numĂ©rique (disponible dans une cabine agrĂ©Ă©e ou auprĂšs d’un photographe agrĂ©Ă© )

PiĂšce d’identitĂ©

Justificatif de domicile

Formulaire “Avis mĂ©dical” rempli par le mĂ©decin agrĂ©Ă© ou la commission mĂ©dicale

DĂ©cision de suspension du permis de conduire

Contactez-nous

D’AUTRES FICHES PRATIQUES…

  • comparution immĂ©diate, dĂ©finition comparution immĂ©diate, recherche avocat comparution immĂ©diate, comparution immĂ©diate paris, comparution immĂ©diate bobigny, comparution immĂ©diate sentis, comparution immĂ©diate nanterre, comparution immĂ©diate crĂ©teil, comparution immĂ©diate pontoise, comparution immĂ©diate versailles, meilleur avocat comparution immĂ©diate

COMPARUTION IMMÉDIATE EN DROIT PÉNAL ROUTIER ? Avocat comparution [...]

  • fiche droit pĂ©nal routier, fiche droit pĂ©nal, fiche pratique droit automobile, fiche pratique droit pĂ©nal routier, avocat droit pĂ©nal routier

ORDONNANCE PÉNALE EN DROIT PÉNAL ROUTIER ? Avocat ordonnance [...]

  • garde Ă  vue, dĂ©fense garde Ă  vue, avocat garde Ă  vue, accident garde Ă  vue, infraction routiĂšre garde Ă  vue, avocat dĂ©fense garde Ă  vue

GARDE À VUE EN DROIT PÉNAL ROUTIER ? Avocat [...]

  • ouverture d'une information judiciaire, juge d'instruction, ouverture juge instruction, comparution premiĂšre, juge, avocat juge d'instruction, avocat homicide involontaire, avocat blessures involontaires

→ OUVERTURE D'UNE INFORMATION JUDICIAIRE : INSTRUCTION avocat [...]

  • pv non dĂ©signation, contester pv non dĂ©signation, avocat pv non dĂ©signation, contestation de pv pour non dĂ©signation, non dĂ©nonciation du salariĂ©, non dĂ©signation du salariĂ©

→ PV POUR NON DÉSIGNATION DU CONDUCTEUR SONT [...]

  • avocat gev, avocat grand excĂšs de vitesse, avocat permis gev, avocat permis grand excĂšs de vitesse, avocat dĂ©fense grand excĂšs de vitesse, avocat paris grand excĂšs de vitesse, contester grand excĂšs de vitesse

LE GRAND EXCÈS DE VITESSE : 3 CONSEILS [...]

  • ordonnance, ordonnance pĂ©nale, contester ordonnance, contester ordonnance pĂ©nale, opposition Ă  ordonnance pĂ©nale, former opposition, pourquoi contester ordonnance pĂ©nale, dĂ©finition d'une ordonnance pĂ©nale, dĂ©finition ordonnance, alcool au volant, ordonnance pĂ©nale alcool, procĂ©dure simplifiĂ©e de l'ordonnance pĂ©nale, argument ordonnance pĂ©nale, audience ordonnance pĂ©nale, avocat ordonnance pĂ©nale, avocat spĂ©cialisĂ© ordonnance pĂ©nale

POURQUOI CONTESTER UNE ORDONNANCE PÉNALE ? Quels sont [...]

  • dispense de peine pĂ©nal, relaxe, dispense de peine droit pĂ©nal routier, avocat dispense de peine, avocat droit routier dispense peine, avocat dispense peine, dĂ©finition dispense de peine

LA DISPENSE DE PEINE EN DROIT ROUTIER  définition [...]

Charger plus d’articles